Le contrat Google avec le pentagone
0

Le contrat Google avec le pentagone

Juin 21 Valérie Smaili  
Le contrat de Google avec le Ministère de la Défense Américain, ne sera pas renouvelé.
C’est ce que Google a fait savoir, après avoir été menacé de démissions en masse de la part de ses employés. Pas de renouvellement du contrat qui arrivera à échéance en Mars 2019, ont indiqué plusieurs sources citées par le site Gizmodo. Interrogé par l’AFP, Google n’a pas répondu.
Le contrat, conclu avec le Ministère de la Défense, estimé à moins de 10 millions de dollars (environ 8,5 millions d’euros), sur lequel Google reste extrêmement discret – suscitait ces dernières semaines l’indignation de milliers de salariés. Mi-mai, une pétition lancée en février pour demander à Google de rester en dehors du “commerce de la guerre” avait réuni plus de 4.000 signatures d’employés, soit environ 5% des effectifs.
“Une politique claire demandant que le Projet Maven soit annulé et que ni Google ni ses partenaires ne fabriqueront jamais des technologies de guerre”, disait aussi la pétition.
Le Projet Maven est principalement accès sur les drones et l’utilisation de l’intelligence artificielle pour distinguer les humains des objets.
Les géants technologiques, comme Google, Microsoft ou Amazon, sont sur les rangs pour remporter un énorme contrat avec le Pentagone, qui souhaite recourir au “cloud”* informatique.  JEDI (Joint Enterprise Défense Infrastructure) est l’acronyme du contrat.
*Pour rappel, le cloud est un ensemble de matériels, de raccordements réseau et de logiciels. Il alimente des services que les individus et les collectivités peuvent exploiter à volonté depuis n’importe où dans le monde. Il est fournit par différents prestataires et disponibles en permanence via Internet, quel que soit le type du terminal utilisé. Cette technologie n’est pas nouvelle pour le secteur civil. Un service de messagerie en ligne fait partie du cloud. En revanche, les forces armées ont des besoins beaucoup plus pointus en raison de leurs contraintes, liés au commandement/contrôle (C2), au combat collaboratif, à leurs systèmes de communication, etc..

A propos Valérie Smaili

Ecrire un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.